Aller au contenu principal

Jean-Pierre Vallotton

Parallèlement à des études de lettres, il suit les cours d’art dramatique de Paul Pasquier. Il crée ensuite la troupe du Théâtre de Chambre, qui présente plusieurs spectacles poétiques. En 1977, sa pièce pour marionnettes, Métronome la lumière, est créée au Théâtre Vidy-Lausanne.

Un premier recueil de poèmes paraît en 1987. Sa longue amitié avec Jean Tardieu donne lieu à un livre d’entretiens, publié l’année suivante: Causeries devant la fenêtre. Il traduit d’autre part en français Wolfgang Borchert, Ion Caraion, Sylvia Plath et Robert Louis Stevenson et collabore à de nombreuses revues. Ses propres essais et poèmes ont été traduits en anglais, hongrois, néerlandais, espagnol, allemand, tchèque, roumain, grec, macédonien, arabe, italien et farsi (persan). Il est fréquemment invité à des manifestations littéraires internationales.

Dès 1997, il reçoit de nombreux prix littéraires en Belgique (prix Unimuse), France, (prix Louise Labé, prix Poncetton de la Société des Gens de Lettres), Suisse (Hermann Ganz de la Société suisse des écrivains, de la Ville de Lancy).

A écrit et présenté plusieurs émissions de radio sur la chanson d’auteur.

Collagiste, illustre la couverture de plusieurs de ses livres.

Membre du Conseil de la Fondation Pierrette Micheloud, il est également président du jury de ses prix littéraires.

Poésie, humour, érotisme et fantastique caractérisent son oeuvre, qui explore plus particulièrement, dans la tradition nervalienne, le domaine de l'inconscient et du rêve,à travers des visions souvent hallucinées, et le situe dans la lignée de poètes tels que Henri Michaux, Jean Tardieu, André Pieyre de Mandiargues ou encore Marcel Béalu.

(Source: wikipedia)