Aller au contenu principal

Le dehors, l’impossible et moi

Chaque mois, un intellectuel différent (psychanalyste, sociologue, philosophe, artiste, écrivain, etc.) se laisse habiter, envahir par le monde extérieur — dans le sens le plus indéfini du terme. À la fin du mois, il (ou elle) transforme en lui-même, puis dans la parole, ce dehors auquel il a offert son hospitalité. Depuis le silence, une voix surgit, seule avec le micro et ses fantômes. L’espace public, pour nommer celui-là, a peut-être ainsi la chance d’être interprété à nouveau, retraduit, avec un délai, en après-coup.

Octobre 2007 selon Sylvano Santini

Une chronique mensuelle
Avec Sylvano Santini
Ajouter à la liste d'écoute Année: 2007
Durée: 28:10
Télécharger
share

« ... si l'on parvenait à surmonter la contradiction du Che, l'histoire ne ferait-elle pas un pas en avant? Cette rengaine philosophique semble de mise pour comprendre quelque chose de ce saint pêcheur, de ce Christ tortionnaire, de cette star de la révolution, de cet objet de consommation d'une génération de t-shirt, de cet objet de lutte d'une génération de guérilleros latino-américains... le Che trouve peut-être sa véritable fin non pas dans l'Histoire, mais comme une histoire. Il a pour ainsi dire un fort potentiel diégétique. Que ce soit pour étayer le récit altermondialiste, pour séduire le monde du divertissement ou pour appuyer les doléances des victimes de la révolution cubaine, le Che sert à tout le monde... les dialogues qui suivent sont construits à la manière du sampling, incluant plusieurs ajouts personnels... »