Aller au contenu principal

Le dehors, l’impossible et moi

Chaque mois, un intellectuel différent (psychanalyste, sociologue, philosophe, artiste, écrivain, etc.) se laisse habiter, envahir par le monde extérieur — dans le sens le plus indéfini du terme. À la fin du mois, il (ou elle) transforme en lui-même, puis dans la parole, ce dehors auquel il a offert son hospitalité. Depuis le silence, une voix surgit, seule avec le micro et ses fantômes. L’espace public, pour nommer celui-là, a peut-être ainsi la chance d’être interprété à nouveau, retraduit, avec un délai, en après-coup.

Mars 2007 selon Guillaume Fradette

Une chronique mensuelle
Avec Guillaume Fradette
share

« ... j'avais eu la chance de voir Jean Baudrillard à l'émission de Bernard Pivot, j'avais à peine 19 ans, et j'avais été obnubilé, renversé par son discours qui ne ressemblait à rien de ce que j'avais connu jusque-là... la campagne électorale québécoise 2007 n'a pas eu lieu... nous gagnerions à écouter un peu plus les arbres, les rivières, les pauvres, les autochtones, les chats, les couchers de soleil... »