Aller au contenu principal

Le dehors, l’impossible et moi

Chaque mois, un intellectuel différent (psychanalyste, sociologue, philosophe, artiste, écrivain, etc.) se laisse habiter, envahir par le monde extérieur — dans le sens le plus indéfini du terme. À la fin du mois, il (ou elle) transforme en lui-même, puis dans la parole, ce dehors auquel il a offert son hospitalité. Depuis le silence, une voix surgit, seule avec le micro et ses fantômes. L’espace public, pour nommer celui-là, a peut-être ainsi la chance d’être interprété à nouveau, retraduit, avec un délai, en après-coup.

Mai 2008 selon Anne-Martine Parent

1 Mai 2008
Une chronique mensuelle
Avec Anne-Martine Parent
Ajouter à la liste d'écoute Année: 2008
Durée: 16:29
Télécharger
share

« ... l'actualité, c'est un dehors impossible pour moi. Non pas que ça ne m'intéresse pas, mais si j'y plongeais vraiment, je ne crois pas que je m'en remettrais, ni que j'en reviendrais... j'ai appris à rester à l'extérieur, sur le bord, dehors, sentant que sinon, je n'en reviendrais pas... comment faire quand j'apprends que des enfants en Afrique de l'Ouest sont esclaves dans des plantations de cacao et que moi j'aime le chocolat ? ... Mai 2008 aura été pour moi le mois de l'ornithorynque... ne devrait-on pas inverser les choses et repenser le monde à parti de l'ornithorynque ?...  »