Aller au contenu principal

Le dehors, l’impossible et moi

Chaque mois, un intellectuel différent (psychanalyste, sociologue, philosophe, artiste, écrivain, etc.) se laisse habiter, envahir par le monde extérieur — dans le sens le plus indéfini du terme. À la fin du mois, il (ou elle) transforme en lui-même, puis dans la parole, ce dehors auquel il a offert son hospitalité. Depuis le silence, une voix surgit, seule avec le micro et ses fantômes. L’espace public, pour nommer celui-là, a peut-être ainsi la chance d’être interprété à nouveau, retraduit, avec un délai, en après-coup.

Juillet 2007 selon Xavier Landes

Une chronique mensuelle
Avec Xavier Landes
share

« ... j'ai habité pendant trois mois à Riga (en Lettonie)... ce que je suis allé y chercher - et c'est une recherche impossible -, c'est des bouts de ce passé soviétique, de ce passé communiste... cette expérience dans un dehors qu'est devenu mien m'a permis un retour réfléxif sur le Québec et le Canada... »