Aller au contenu principal

Le Port de tête

Installée sur l’avenue Mont-Royal, notre librairie est au cœur de la vie culturelle montréalaise depuis le mois de mai 2007. Notre souci principal est d’offrir à notre clientèle des livres de qualité, neufs ou d’occasion, dans tous les domaines. Nos forces sont la littérature, la philosophie, les sciences humaines, les arts, les albums illustrés pour enfants, les bandes dessinées, ainsi que les livres rares et épuisés.

Discussion Gabriel Nadeau-Dubois - Samuel Archibald

5 Novembre 2013
Animé par Anne Caumartin
Avec
extrait
Ajouter à la liste d'écoute Année: 2013
Durée: 80:53
Télécharger
share
Radio Spirale

Discussion croisée entre Gabriel Nadeau-Dubois et Samuel Archibald à propos de leurs deux derniers essais respectifs, "Tenir tête" et "Le sel de la terre", Rencontre animée par Anne Caumartin. 

-----------

Dans ce livre, écrit avec le style qu’on lui connaît, on suit pas à pas Gabriel Nadeau-Dubois au fil des luttes, des rencontres décisives, des assemblées générales, des confrontations avec journalistes, ministres, juges et policiers, mais aussi dans son analyse de la grève de 2012. Chemin faisant, le lecteur prendra acte, non sans stupéfaction, de la misère morale et intellectuelle d’une certaine élite québécoise. Il renouera surtout avec la formidable vigueur des étudiants qui se sont opposés au mercantilisme de cette élite.

Tenir tête doit être lu par ceux qui ont partagé la colère des étudiants, mais aussi par les autres, qui se surprendront peut-être à admettre que la cause des étudiants est également la leur.

Gabriel Nadeau-Dubois a été l’un des porte-parole de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) pendant la grève étudiante de 2012. Après des études en Histoire, culture et société à l’UQAM, il étudie à l’Université de Montréal en philosophie. Il est aussi chroniqueur à Radio-Canada.

-----------

La classe moyenne est instrumentalisée par les politiciens et les commentateurs médiatiques, qui la dépeignent tantôt comme une immense cohorte de pauvres en devenir, tantôt comme une communauté martyrisée de contribuables parasités par l’État. Des pro­phètes de malheur annoncent même sa disparition. Enfant de la classe moyenne, Samuel Archibald a eu envie de se pen­cher sur ce qu’elle a été, ce qu’elle est devenue et ce qui l’attend. Et de parler de sa famille, des années 1980, de la religion du Publisac, de films de fin du monde et de stationnements de centres d’achats.

Samuel Archibald est né en 1978 à Arvida. Il quitte le Saguenay après le déluge de 1996 et s’installe à Montréal juste à temps pour le verglas massif de 1998. Il passe l’essentiel des dix années suivantes à étudier, et vit en Europe de 2007 à 2009. Depuis son retour au Québec, il donne des cours à l’UQAM sur le roman policier et de science-fiction, le cinéma d’horreur, les jeux vidéo et la culture populaire contemporaine.

"Mauser" par Galerie Stratique. Album: Adieu IDM, No type, 2003 (Licence Creative Commons Attribution-NoDerivs-NonCommercial).