Aller au contenu principal

Académie des lettres du Québec

Fondée en 1944 par Victor Barbeau et un groupe d'écrivains en vue de l'époque, l'Académie canadienne-française est devenue en 1992 l'Académie des lettres du Québec. Ses buts et objectifs sont de servir et de défendre la langue, la culture d'expression française et la place de la littérature dans notre société.

43e rencontre québécoise internationale des écrivains

17 Avril 2015
L'événement comme (pré)texte
Animé par Jean Royer
Avec
extrait
share
Radio Spirale

«Décrire l’événement implique que l’événement a été écrit.» -Roland Barthes

L’écriture est au carrefour d’une vision intérieure portée sur le monde. C’est une question de perspective. Qu’il soit anodin ou grave (un coucher de soleil, une assiette qui tombe ou la mort, un accident), chaque événement a le potentiel de s’inscrire dans l’écriture. Un événement peut-il changer la perspective ?

Après avoir discuté de la théorie de la mort de l’auteur, peut-on considérer que l’oeuvre s’en détache réellement ? Ne met-elle pas en scène son propre effondrement, sa propre traversée du réel ?

La perspective que permet la littérature, la distance entre le réel et la fiction, entre ce qui est arrivé et ce qui se passe dans l’oeuvre, fournit des textes entrelacés afin, peut-être, de réunifier le présent et le passé. L’inconnu qui vient de l’écriture rend ainsi compte de l’événement. L’irruption de l’événement génère un texte, quel qu’il soit.

Trois moments semblent se dégager de l’événement : d’abord le fait, qu’il soit anecdotique ou dramatique peut être raconté dans un journal intime, une lettre, un document ; puis, la reconstruction de ce fait amène une première transformation ; finalement le souvenir s’impose. Trois temps d’écritures, trois espaces dans lesquels l’auteur met et remet en scène l’événement.

Si vous désirez passer directement à la présentation de l'auteur suivie de sa lecture voici la liste chronologique des interventions:

Michaël Glück: 2m44s
Álvaro Uribe: 19m50s
Hyam Yared: 34m18s
Thomas Hellman:  43m42s
Hubert Haddad: 52m21s
Dražen Katunarić: 1h03m10s
Paul de Brancion 1h19m40s
Thomas Hellman: 1h34m35s

Animé par Jean Royer